Rétro-scoop

Nouvelles du passées, compréhensions nouvelles :

eSATA, le sata en externe

Source Hardware FR Seagate a profité de l’IDF pour effectuer une démonstration de l’eSATA. Egalement connu sous le nom de External SATA, cette norme définie l’utilisation de l’interface Serial ATA en externe. En effet, jusqu’alors il existe bien des solutions utilisant du SATA en externe, mais elles sont basées sur la norme SATA telle qu’elle est définie pour un usage interne. En interne, le Serial ATA est prévu pour des câbles d’une longueur maximale de 1 mètre, avec un signal de 400 à 600 mV en émission et un récepteur (côté disque) pouvant décoder un signal variant de 325 à 600 mV, du fait des pertes liées au câblage et à la connections. Avec l’eSATA, on passe à des câbles de 2 mètres, mais en contrepartie le signal doit être de 500-600 mV en émission et le décodeur doit pouvoir travailler sur une tension de 240 à 600 mV. De plus, les connecteurs sont modifiés afin de mieux prévenir le débranchement accidentel. Au final les avantages du SATA pour la connexion de périphériques de stockage sont triples par rapport au FireWire ou à l’USB 2. Premier point, le SATA étant géré nativement par les disques durs, il n’est plus nécessaire d’avoir une puce additionnelle se chargeant de traduire les signaux. Ensuite, tout comme l’USB 2.0 le Serial ATA est géré nativement par les chipsets, ce qui n’est pas vraiment le cas du FireWire qui nécessite une puce additionnelle sur la carte mère ou une carte additionnelle si ce n’est pas le cas. Denier point, les débits sont nettement plus importants puisqu’en pratique, l’USB 2 atteint environ 35 Mo /s, pour 40 Mo /s pour le FireWire 400 et 90 Mo /s pour le FireWire 800. En Serial ATA 1.5 Gbps et 3.0 Gbps, on est très proche des maximums théoriques qui sont respectivement de 150 et 300 Mo /s. Bien entendu il faut pour se faire avoir des disques dur qui suivent, soit au moins un RAID 0 de 2 disques dans le premier cas un RAID 0 de 4 disques dans le second cas, les disques les plus rapides atteignant 60 à 70 Mo /s en début de piste. Lors de la démonstration à l’IDF, Seagate a d’ailleurs utilisé deux disques eSATA 160 Go 7200 tpm en RAID 0 reliés à une carte NetCell eSATA PCI RAID, et a effectué une même sauvegarde 5 fois plus rapidement qu’en USB 2.0. Les premiers produits eSATA devraient arriver avant la fin de l’année, et au sein de nos PC la connectique pourra prendre plusieurs formes : – Carte additionnelle PCI / PCI Express dotée de ports eSATA – Carte mère avec port eSATA intégré – Equerre eSATA reliée à un port SATA interne

Newsletter

Abonnez-vous pour suivre nos actualités :